13 octobre 2008

Un monde d'avance, le choix du changement

unmondedavance

Voilà maintenant plusieurs mois que la mondialisation néolibérale montre son vrai visage, celui d’un système qui a engendré quatre crises majeures : financière, énergétique, alimentaire et environnementale.

En conséquence, la situation économique et sociale de la France se détériore inexorablement, y compris à cause de la politique antisociale menée par la Droite : à la situation d’urgence sociale s’ajoute la crise sévère de nos finances publiques, le retour de l'inflation et l’installation de la récession. Car, si le contexte international n'est pas étranger à la détérioration de la situation en France et en Europe, la droite en porte la responsabilité principale. En effet, la prétendue «rupture» prônée par Nicolas Sarkozy se résume en réalité à un alignement sur le néo-conservatisme américain, au moment même où celui-ci fait la démonstration de son échec.

Dans ce contexte, être de gauche est en train de redevenir une évidence. Mais notre parti n'a pas la faveur des Françaises et des Français qui jugent notre action trop timorée et notre projet illisible. C’est le résultat de l'acceptation par la social-démocratie française et européenne des principes néolibéraux, des valeurs de nos adversaires.

Le Parti Socialiste doit donc s’opposer sans donner le sentiment d'avoir toujours besoin de se justifier de rejeter radicalement la politique de la Droite. Or, ce devoir d'opposition, nous ne l'avons pas rempli comme nous aurions dû le faire. C'est d’abord avec cela que le congrès de Reims doit rompre.

En conséquence, notre motion propose de clarifier notre ligne politique, sur 9 points : Sortir du libéralisme sauvage, répondre à l'urgence écologique, redistribuer les richesses, affirmer le retour de la puissance publique, changer le cours de la construction européenne comme l’a demandé la majorité des Français, aller à la reconquête de la démocratie, promouvoir une société laïque de progression des droits et libertés, aller vers une société d'émancipation plutôt qu'une société d'ordre, définir une politique étrangère progressiste.

Pour y parvenir, nous revendiquons une stratégie claire de refus d’alliance avec le centre et proposons d’engager une démarche politique pour l’émergence d'un "Parti de la Gauche".

Voter pour la motion C, Un monde d’avance, c’est :

•  Affirmer une orientation à gauche pour notre parti. La Gauche est victorieuse lorsqu'elle est la Gauche, comme en 1981 ou en 1997. Elle est défaite lorsque les électeurs ne savent plus qui elle est, comme en 2002 ou 2007. Pour gagner en 2012, le PS doit donc s'affirmer à gauche.

• Vouloir un changement réel par rapport à la direction sortante du
PS dont sont issues les trois autres principales motions.

• Faire le choix du renouveau : le PS a besoin d’un nouveau souffle, d’un sursaut, que porte la candidature de Benoît Hamon plus que toute autre.

Le 6 novembre, saisissons la chance qui nous est donnée d’affirmer notre volonté de voir notre parti changer. Ensemble, prenons un temps d’avance, un monde d’avance, reconstruisons l’espoir.

Posté par francarbo à 18:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Un monde d'avance, le choix du changement

Nouveau commentaire