25 septembre 2008

La question du cumul des mandats comptera dans le congrès

Les sympatisants socialistes que je connais sont clairs : la clarification de l'orientation politique du PS est consubstentielle du renouvellement de ses cadres. En effet, ils pensent que les camarades qui propose de réorienter le parti ont plus de légitimité à le faire lorsqu'il n'ont pas un passif important. A ce titre, je suis particulièrement enthousiasmé par le fait que le porte-parole de ma motion soit Benoît Hamon, eurodéputé de 41 ans. Il a su s'affranchir des tutelles, reléguant Mélenchon, Emmanuelli ou Lienemann en signataires de second plan.

La question générationnelle est centrale. Ce n'est d'ailleurs pas une question d'âge, mais une question de renouveau et de proximité avec le quotidien de nos concitoyens. Aussi, à l'échelle locale, les signataires de ma motion correspondent à ce profil : Alain Gabrieli, Jean-Louis Llorca, Jean-Michel Fabre (pour ne citer qu'eux) sont des conseillers généraux récemment élus, qui ne cumulent pas les mandats ou les responsabilités. Car la question du renouvellement est étroitement liée à la question du cumul des mandats, quand les vieux cumulent, les jeunes peinent à trouver leur place. Ils ne sont pourtant pas moins légitimes à exercer un mandat et à représenter les citoyens. Ils ne sont pas plus ambitieux non plus. Cette question comptera dans le congrès et je souhaite que le PS prenne l'engagement de s'appliquer à lui-même des règles de non cumul, comme il l'eu fait (tant bien que mal) pour la place des femmes avant de légiférer sur la parité en 1998.

Posté par francarbo à 07:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur La question du cumul des mandats comptera dans le congrès

Nouveau commentaire